MOT DU FONDATEUR

Donner répond à un besoin d’équilibre. La première responsabilité que l’on a est de s’occuper de soi, de sa famille. À partir du moment où l’on a franchi cette étape apparaît le besoin de partager ce que l’on a. Cet équilibre dépend bien sûr des valeurs que nos parents nous ont inculquées, de l’éducation que l’on a reçue et des incitations de notre environnement. 

En outre, donner tient du privilège et je veux utiliser ce privilège comme une manifestation de solidarité.  Mère Teresa disait qu’il    fallait donner jusqu’à ce que cela fasse mal. Moi, je dis qu’il faut donner tant que cela fait du bien.

Carmand Normand
Fondateur